Faux souvenirs induits en psychothérapie et fausse mémoire

 

 

Comment contacter mon enfant après cela ?

 

Les parents nous demandent encore et encore comment établir le contact avec leur propre enfant. Quand cela est possible, les familles doivent tenter de garder le contact en évitant la confrontation.

Lorsque le contact personnel est coupé, des cartes, des lettres ou des appels téléphoniques de la famille peuvent restaurer en partie la relation.
Les cartes postales avec un message d’amour sont efficaces, parce qu’il n’y a pas d’enveloppe à ouvrir pour lire le message.
Rien ne saurait remplacer les témoignages d'affection venant directement des parents.

Trouver les moyens de garder le contact relève de l'intuition des parents et de la connaissance qu'ils ont eue depuis toujours de leur propre enfant.
Une accusatrice revenue sur ses accusations nous confiait récemment qu’elle pensait que ses parents ne faisaient plus attention à elle parce qu’il n’avaient pas fait tous les efforts pour garder le contact avec elle. Mais ensuite elle s’est souvenue qu’elle les avait menacés de les poursuivre s’ils essayaient de la contacter ! Il ne faut jamais perdre de vue que des personnes qui autrefois semblaient logiques rejettent la logique lorsqu’elles sont prises dans le système de croyance de la « FMS ».

Des parents nous demandent s’ils doivent envoyer à leur enfant de l’information sur la « FMS ».
Cela nous semble inutile dans la mesure où les accusateurs ont refermé leur esprit et des informations pertinentes ont toutes les chances de tomber dans l’oreille d’un sourd.
Bien que l’envoi de ces informations sur la « FMS » puisse être bénéfique à long terme, il est probable qu’elles seront perçues comme une menace et qu'elles risqueront d’ajouter un stress à court terme.

Cependant  les nombreux exemples de familles qui ont rétabli le contact nous donnent des raisons de garder espoir:

Une mère témoigne...

"Nous parlons au téléphone chaque semaine. Nous essayons de lui parler de nos bons sentiments, ce qui n’est pas difficile puisque nous aimons beaucoup notre fille et nous sommes heureux de garder une ligne de communication ouverte.
Aucun d’entre nous ne parle du conflit que nous traversons.
Quand mon mari et moi en reparlons ensuite, nous savons, bien sûr, que rien n’a été résolu, mais je n’attends pas que cela change, du moins dans un futur proche…Je comprends que cela ne marche pas dans certaines familles mais dans notre cas c’est la seule chose que nous avons le sentiment de pouvoir faire."

Une mère 

[Retourner à la liste des QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES]